Les produits d’entretien « faits maison », à base de vinaigre blanc ou de savon noir, débarquent dans les collectivités.

Reportage au sein d'une commune qui a fait le choix il y a 6 mois d'agir pour la prévention de la santé de ses salariés et des usagers.

 

« On tousse moins », « Je n’ai plus les yeux qui piquent », « La peau des mains est moins irritée » …

Pour les agents d’entretien et Atsem de cette commune, aucun regret d’avoir abandonné les produits d’entretien classiques pour du tout naturel. Depuis 6 mois, la confection du produit sol à base de savon noir, vinaigre d’alcool et bicarbonate, de produit multi surfaces à base de vinaigre et de bicarbonate et de lessive avec des paillettes de savon de Marseille, fait partie de leur quotidien.

 

Tout commence au mois de septembre 2018 avec la fabrication de produits naturels en atelier sur l’école primaire. Cette action a été organisée par une équipe de l’APAS 17 composée d’un médecin du travail, d’un toxicologue et d’un technicien HSE, avec le soutien du secrétaire de mairie et des élus de la commune.

 

Quatre agents se prêtent au jeu et s’initient à la préparation de produits : nettoyant multi usage, sol, lessive et adoucissant.

 

Les recettes ont été données par une autre collectivité territoriale qui a débutée l’expérience en 2015. Des tests bactériologiques réalisés en laboratoire prouvent que les produits naturels fabriqués sont tout aussi efficaces que les produits classiques utilisés. De plus, ils ne présentent aucun risque !

 

Les agents, passé les premiers préjugés ou interrogations, se sont vite adaptés. La confection des produits a été intégrée dans leur organisation de travail. Les pratiques ont été améliorées au fur et à mesure !

« Oui, par exemple, le produit, il faut mettre doucement le vinaigre sur le bicarbonate, sinon, ça mousse et ça déborde ! Pour les huiles essentielles, on ne les utilise pas car nous n’aimons pas l’odeur qui se mélange aux autres odeurs, surtout au savon noir », racontent les agents. « Mais une fois que l’on sait faire, c’est vraiment très simple et ça va plutôt vite ! ».

La mairie a acheté des bidons de 5L pour les préparations. Un livret avec les différentes recettes et dosages a été remis aux agents.

L’avantage ? « Clairement la santé du personnel et des écoliers ! », dit un agent. « Vinaigre, savon noir, bicarbonate… Ce ne sont que des produits sains. On ne se rend pas compte mais certains produits étaient très agressifs pour le nez et la gorge mais aussi la peau. Et maintenant, on les fabrique et on les utilise à la maison ! »

Mais, bien sûr, il faut aussi renoncer à certaines choses : par exemple, madame X déclare : « certaines taches résistent…mais le linge est propre, les germes sont éliminés ! ».

Seule exception à la règle, les tables des écoliers, toujours nettoyées avec l’ancien produit. « Impossible d’enlever les traces de colles, d’effacer les traces de feutres ou de crayon » expliquent les agents, et « les tables doivent être propres, c’est une marque de respect pour les enfants et les enseignants ».

 

Le coût de ces produits ? A titre d’exemple, en moyenne, la lessive doit revenir à 10 centimes le litre, le produit sol à 3 euros le litre et le produit surfaces à 15 centimes.

Cette commune a réalisé en moyenne une économie de 30% sur son budget produits d’entretien. Cette action permet également de réduire les déchets (emballages recyclables).

 

Souhaitons que l’expérience continue et s’étende à d’autres collectivités !